Copyright 2018 - village-pommiers.fr

Le pont de 1932

C'est un pont en béton armé de type suspendu. Il a une portée de 52 m 92, une ouverture entre culées de 50 m 12, la largeur de la chaussée et de 5 m 50 avec en plus 2 trottoirs de 0 m 70 chacun soit une largeur totale de 6 m 90. L'écartement des axes des poutres est de 7 m 60.

Les anciennes culées qui portaient le pont à une voie avant 1914 ont été conservées. Ce dernier était assez léger. A la reconstruction en 1931, on n'avait recueilli que très peu de renseignements à leur sujet, si bien qu'on fut amené pour leur élargissement à construire 2 pylônes adjacents reposant sur des pieux en béton armé battus à cette époque.

pont1932Pour le pont proprement dit, les arcs de fibre moyenne parabolique de 8 m de flèche et de 52 m 92 de portées, étaient supportés par des pylônes et des haubans solidarisés à des massifs d'encrage.

Les arcs et haubans formaient pièces continues dont chacune comportait un faisceau de 166 aciers de 14 mm d'une seule longueur de 112 m.
Les massifs d'encrage étaient constitués par une dalle armée aux abords inclinés à 45° et recevait le remblai de surcharge. Cette dalle était ancrée dans le terrain de fondation par un système de bêches et de pieux.

Aux arcs étaient accrochées des suspentes qui supportaient le tablier et les poutres de rigidité. Ces poutres, de 52 m 87 de longueur, présentaient une contre flèche parabolique de 0 m 30. Ses extrémités étaient logées et reposaient, pour empêcher le soulèvement, dans des alvéoles ménagées dans les pylônes. L'un des appuis était fixe, l'autre constitué par un balancier de façon à permettre la libre dilatation de l'ouvrage.

Les suspentes étaient fixées au droit des entretoises qui ressortaient en saillie sur le nu de la poutre et qui supportaient les dalles sous chaussée, les longerons de rive, et par l'intermédiaire de ces derniers, une partie des trottoirs.

pont1932aLes extrémités du tablier étaient supportées par les entretoises d'about qui formaient en même temps garde grève et reposaient sur le sommier par l'intermédiaire d'une feuille de plomb de 5 mm d'épaisseur qui permettait la libre dilatation du tablier et réduisait les frottements. Les calculs avaient été établis conformément à la circulaire ministérielle du 10 mai 1927.

Le pont a été détruit au cours des hostilités de juin 1940. Le tablier fut entièrement démoli mais les culées, malgré de nombreuses fissures paraissent réutilisables. Il sera remplacé par une passerelle provisoire en bois à une voie.

f